Comptes rendus des activités du groupe LICHENS

Retour Accueil Lichens

     
     
 

réunions

à la Maison des Sociétés

à La Roche-sur-Foron

 

sorties

en Haute-Savoie

 

sessions de l’AFL

dans toute la France

© photos Françoise Drouard

Comptes rendus dans un ordre chronologique décroissant


 

séance du 27 mars 2019

Posted by on Mar 28th, 2019 in Compte-rendu réunions | 0 comments

Présents : Alain B., Françoise D., Françoise L., Alain M., Jean-Michel S.

 

15 espèces de lichens examinés

 

1-révision de quelques genres

 

Cetrelia : Les quatre chémotypes de Cetrelia olivetorum sont devenus des espèces à part entière à la suite des travaux de W. Obermayer et H. Mayrhoffer (fichier pdf téléchargeable :  » Hunting for Cetrelia chicitae in Eastern European Alps »). Actuellement deux espèces sont connues en Haute-Savoie : Cetrelia olivetorum s. s., reconnaissable à la réaction C+ rouge de la médulle sur une coupe fraîche ; Cetrelia cetrarioides, médulle C- ou légèrement rosé.

On a bien observé les soralies sur les marges des lobes et les pseudocyphelles blanches sur le dessus du thalle et le dessous.

→ fiches à faire

 

Melanohalea : On est revenu sur les fiches déjà faites de deux espèces très communes, Melanohalea exasperata et M. exasperatula, faciles à distinguer entre elles (exasperata, plutôt sur les branches et couverte de verrues – exasperatula, plutôt sur les troncs et couverte d’isidies dressées dont certaines nettement spatulées). La révision des anciennes Parmelia brunes a montré qu’on pouvait parfois sur le terrain confondre Melanohalea et Melanelixia ; il est donc indispensable de faire la réaction colorée de la médulle (Melanelixia : C+ rouge fugace ; Melanohalea : C-).

→ il reste à connaitre aussi Melanohalea elegantula s. l. éco saxicole (trouvée sur rocher dans le 73 aux étages montagnard et subalpin, mais pas dans le 74) à rechercher ; Melanohalea olivacea et septentrionalis, deux espèces très proches l’une de l’autre et qui existent dans les Alpes suisses mais n’ont pas encore été identifiées formellement dans le 74 (étages montagnard et subalpin, sur feuillus – surtout bouleaux en Suisse) ; à rechercher.

 

Parmotrema : On a examiné les échantillons des deux espèces présentes dans le 74, Parmotrema perlatum et P. reticulatum, deux anciennes Parmelia à thalle gris-vert, jaunissant en herbier ; communes surtout dans l’ouest de la France et se trouvant seulement dans les zones de basse altitude dans le 74 (jusqu’au montagnard).

→ l’espèce reticulatum a été signalée une fois par J.-M. Sussey à La Roche-sur-Foron ; il serait intéressant de la retrouver dans d’autres lieux.

→ fiches à faire

 

Platismatia : une seule espèce dans le 74, Platismatia glauca morpho glauca. La fiche est faite, ne manque que la photo de la réaction de la médulle à I, permettant de différencier ce genre lorsqu’il est jeune (sans ses isidies coralloïdes marginales) d’autres foliacés gris comme Cetrelia et Parmotrema (sans leurs soralies marginales).

→ fiche à terminer

 

Flavoparmelia : une seule espèce très commune partout, Flavoparmelia caperata. La fiche est faite mais la photo d’ensemble du thalle est à remplacer pour qu’on comprenne bien combien le thalle peut être grand et couvrir le tronc.

→ fiche à terminer

 

2-examen d’une branche de frêne comprenant quelques très beaux thalles de Caloplaca cerina :

 

À cette occasion, on remarque la présence aux côtés de cerina de Caloplaca cerinelloides (et ce n’est pas la première fois qu’on remarque cette association) :

cerina : apothécies à disque orangé et rebord gris, pouvant atteindre 2 mm de diamètre sur un thalle gris noir en un ovale bien délimité atteignant 6 cm de long ; cerinelloides : apothécies à disque jaune et rebord jaune, minuscules, ne dépassant pas 0,5 mm, sans thalle défini, sur une plage d’1 cm environ.

On finit par repérer les différents stades de maturité des apothécies de cerina : d’abord une boursouflure du thalle gris noir, jusqu’à l’apparition du disque jaune et l’éclaircissement du rebord thallin gris cendré.

→ fiches à faire

 

3-essai d’identification des lichens sur mortier d’un muret à La Roche (voir séance du 27 février)

 

Lecidea stigmatea chémomorpho stigmatea : apothécies noires ; spores par 8 ovales, simples incolores (11×8 ; 13×10 ; 10×7 μm)

Espèce A, toujours non identifiée

→ à continuer et terminer malgré la difficulté à récolter des échantillons sur ce genre de support

 

4-détermination ou confirmation de récoltes faites au Mont-Saxonnex, le Morsulaz-d’en-haut

 

Acarospora macrocarpa subsp. murorum

Caloplaca crenulatella

Clauzadea immersa

 

5-le point sur les activités en lichénologie

 

– Pour les séances collectives de labo, poursuivre la révision de certains genres de manière systématique ; toujours lier cette activité à la fabrication de fiches ; limiter le nombre de ces révisions par séance.

 

Prochaine sortie : exploration du bois des Fournets RV 10h lundi 1er avril (ce n’est pas une blague) à St-Sixt (voir événement) ; prochaine séance non définie, peut-être seulement en mai.

 

-Projet d’information des groupes du 74 qui sont adhérents à la FMBDS sur le projet « lichens de Haute-Savoie » auquel ils pourraient être associés, s’ils le désirent, selon des formes à définir (le groupe de Sallanches a été approché par FD).

 

-Demande d’autorisation à Asters pour autoriser un inventaire lichens au Roc de Chère.

 

-Le point sur la première partie du vocabulaire illustré portant sur le thalle : chacun peut préparer le contenu d’abord sur les différents types de thalle pour une mise en commun à la prochaine séance, en cherchant en parallèle les photos les plus susceptibles de l’illustrer et en réfléchissant à la manière de le présenter graphiquement sur le site.

 

-le point sur la présentation des lichens sur le site : le texte a été rédigé et modifié ; il faut maintenant le mettre au propre (FD) et l’envoyer à AB qui se charge de réclamer à chacun l’illustration nécessaire tel que cela a été prévu dans le projet et à mettre le tout en forme, puis sur le site.

 

-un projet d’affiche pour le groupe lichens, à faire  (21×29,7) : chacun peut faire un projet qu’on examinera ensemble

 

******

séance du 20 mars 2019

Posted by on Mar 21st, 2019 in Compte-rendu réunions | 0 comments

Présents : Alain B., Françoise D., Françoise L., Jean-Michel S.

22 espèces examinées

Remarque : pas de chauffage et pas d’Internet

 

1) En relation avec les fiches faites et à améliorer, révision d’un certain nombre de lichens foliacés de l’ancien genre Parmelia (revu par Hale en 1974 et divisé alors en plusieurs genres) – examen d’échantillons, discussion sur les critères permettant l’identification  et photos :

  • Parmelina – les trois espèces connues en Haute-Savoie (tiliacea, pastillifera, quercina) – les trois fiches sont prêtes ; Parmelina carporrhizans serait à rechercher dans les forêts claires des parties les plus basses et les plus chaudes du département.
  • Melanelixia – les cinq espèces connues en Haute-Savoie (fuliginosa, glabra, glabratula, subargentifera, subaurifera) – seule la fiche glabratula est prête.
  • Nephroma –  les cinq espèces connues en Haute-Savoie (resupinatum, parile, laevigatum , bellum) – les cinq fiches sont à faire.

 

2) Examen d’échantillons apportés par Françoise L. : Hypotrachyna afrorevoluta

 

3) Comparaison entre Graphis scripta et Graphis pulverulenta, deux espèces présentes en Haute-Savoie sur les quatre établies par Neuwirth en 2011 :

Key to the species in the Graphis scripta complex in Europe

1 Discs not, or hardly, visible, nearly concealed by the labia; with or without narrow thallus margin up to 0.1 mm. Ascospore lumina elliptical, lentiform or rarely irregular, interlocular plates I+ blue…Graphis scripta

1* Discs, at least in the center, visible or widely open… 2

2 Discs epruinose, dark brown. Ends of apothecia rounded. Ascospore lumina elliptical to lentiform … Graphis macrocarpa

2* Discs pruinose or not; ends of apothecia branched and acute. Ascospore lumina mostly lentiform …3

3 Discs grey to white pruinose, widely open. Lirellae 0;15 – 0.4 mm broad; thallus margin narrow, up to 0.1 mm. Ascospores constricted at septa …Graphis pulverulenta

3* Discs epruinose or rarely grey pruinose. Apothecia with conspicuous, thick, white thallus margin (av. 0.2 mm), often raised from the thallus or embedded. Ascospores not constricted at septa … Graphis betulina

 

4) Examen d’un échantillon d’Imshaugia aleurites, suite à une possibilité de confusion avec les Parmelina isidiées et avec Parmotrema perlatum signalée dans le livre Guide des Lichens de France – Lichens des arbres chez Belin : après examen de l’échantillon de Jean-Michel, le signalement de ce risque dans nos fiches semble superflu si on s’attache bien aux critères décrits.

 

5) Révision de l’identification sur photo de lichens sur muret en béton à La Roche-sur-Foron (compte rendu précédent) :

Confirmés : Protoparmeliopsis muralis var. muralis ; Physcia caesia var. caesia ; Xanthoria parietina

Modifiés : Xanthoria elegansCaloplaca flavescens

À revoir et étudier sur échantillons au labo : Aspicilia contorta ; Myriolecis dispersa + indéterminés déjà cités en février.

 

Prochaine séance : mercredi 27 mars

 

 

 

séance du 27 févier 2019

Posted by on Fév 27th, 2019 in Comptes rendus sorties | 0 comments

1-Calendrier prévisionnel des sorties

 

2-Bilan de la session de détermination des lichens organisée par l’AFL à la station d’écologie forestière de Fontainebleau-Avon (77)  =  11 lichens

 

  • Lichens saxicoles de St-Laurent – route de la forêt (« molasse » des gabions) :

Echantillon 1 =  Trapelia elacista

Echantillon 2 = Verrucaria muralis ; Acarospora glaucocarpa var. conspersa ; Trapelia glebulosa

 

  • Lichen saxicole-muscicole de Mont-Saxonnex – Morsulaz-d’en-haut :

FD 1572 – Solorina non fructifié (certainement saccata puisqu’on a des exemplaires fructifiés sur le même rocher)

 

  • Lichens corticoles de Chamonix Argentière – la crèmerie du glacier (vieux tremble de la rive droite) :

FD = Lecanora intumescens ; Caloplaca ferruginea ; Lecidella euphorea

FD = Cladonia chlorophaea s. l. ; Cladonia pyxidata

 

  • Lichen corticole de Sallanches (marronniers du centre-ville) :

FD = Lepra albescens morpho. corallina

 

→ Liste à compléter éventuellement

 

3- Sortie et détermination : Lichens du centre-ville de La-Roche-sur-Foron  (avenue du général de Gaulle) ; sur le béton granuleux d’un muret avec poteaux métalliques scellés avec un ciment plus fin ; surfaces horizontales exposées au soleil et aux intempéries ; poteaux en béton sur le dessus et sur une face verticale  = 6 lichens

[ corrections en rouge ]

lichen A : Aspicilia contorta subsp. contorta ? à vérifier en récoltant quelques aréoles apothéciées pour faire une coupe transversale de l’apothécie (épithécium vert avec N ?)

Thalle crustacé aréolé gris blanc ; aréoles globuleuses ; apothécies à disque noir plus ou moins pruineux et un peu enfoncé, par 1, 2 ou 3 par aréoles ; aucune réaction colorée 

Un thalle sur une face verticale d’un poteau en béton

lichen A  – photo F. Drouard
lichen B photo F. Drouard

lichen B : Myriolecis dispersa f. dispersa ? à vérifier en récoltant quelques apothécies et en examinant les coupes transversales au microscope

Pas de thalle visible ; apothécies à rebord thallin blanc et disque beige-brun, isolées ou par petits groupes et alors serrées et déformées

Sur le dessus du muret en béton, en mélange avec les autres lichens

 

◊ Protoparmeliopsis muralis var. muralis

(anciennement Lecanora)

Thalle verdâtre de plusieurs cm de diamètre ; crustacé fendillé-aréolé au centre (centre parfois détruit), mais foliacé- lobé au pourtour ; apothécies nombreuses dans la partie centrale, à disque verdâtre, beige à brun et rebord blanc très irrégulier

Nombreuses rosettes sur le dessus du muret en béton, fusionnant parfois en grandes plages ; quelques-unes sur la paroi verticale du muret

Protoparmeliopsis muralis              photo A. Millet

Physcia caesia var. caesia              photo A. Millet

◊ Physcia caesia var. caesia

Thalle foliacé en rosette de plusieurs cm de diamètre, à lobes étroits et bombés , à surface maculée (loupe) ; sans apothécies, mais avec des soralies laminales, gris-bleu, globuleuses (2 mm)

Nombreuses rosettes sur le dessus du muret en béton, souvent groupées

 

Caloplaca flavescens

Petit thalle foliacé orange vif ; apothécies orangées ; centre souvent détruit ; lobes périphériques étroits (1 mm), allongés et bombés

Thalles isolés et dispersés sur le dessus du muret en béton, au milieu des autres lichens

Caloplaca flavescens photo A. Millet

Xanthoria parietina                                – photo A. Millet

◊ Xanthoria parietina

Thalle foliacé de quelques cm, jaune orangé, à nombreuses apothécies à disque orangé

Plusieurs thalles sur le dessus du muret en béton, souvent groupées ; aussi sur le dessus du poteau en béton

 

→ Plusieurs autres espèces non déterminées, à revoir : Candelariella medians ? Caloplaca citrina s. l. ? Myriolecis albescens morpho albescens ?

 

séance du 25 janvier 2019

Posted by on Jan 27th, 2019 in Comptes rendus sorties | 0 comments

 

Présents : AB, FD, AM, GR et SR, JMS + OC l’après-midi

16 lichens examinés

 

Lichens en retour confirmés  par JMS :

 

1) Gyalecta hypoleuca (FD 1583) – suite de la séance du 8/01/2019

2) Rhizocarpon reductum (FD 1593) – suite de la séance du 11/01/2019

3) Lecanora intumescens (FD 1594) – suite

 

Lichens à déterminer ensemble : corticoles, terricoles et muscicoles récoltés à Chamonix Argentière la crèmerie du glacier (sortie du 24 juillet 2018) :

¤ Des usnées (ici sur une branche de mélèze), leur morphologie particulière et le descriptif 

Usnea perplexans sur une branche de mélèze

4) Usnea perplexans

→ si on n’est pas arrivé à l’espèce immédiatement, on a bien vu ce qu’il fallait observer :

  • le tronc et les caractéristiques de la base (sa longueur, sa couleur, l’existence de déchirures ou craquelures – ici tronc court souvent noir à la base sans craquelures ni déchirures annulaires) ;
  • le type de ramification ; les caractères des branches principales et de leurs excroissances (ici de petites papilles cylindriques et des fibrilles à angle droit, de longueur variable) ;
  • la forme des branches secondaires (rétrécies à la base ou non – comme ici) et leurs excroissances (ici de soralies, très nombreuses, certaines petites, d’autres envahissant et creusant tout le rameau ; ici ne donnant pas naissance à des isidiomorphes) ;
  • la présence ou non d’apothécies (ici une seule pour une dizaine d’échantillons – noté dans la littérature : « extrêmement rare » pour cette espèce !) ;
  • les caractères du cortex, de la médulle et du cordon axial (= axe) ainsi que les réactions colorées de la médulle, à observer sur une coupe longitudinale d’une branche principale, pas très loin du tronc ( ici cortex très résistant, d’épaisseur moyenne, mat en CL ; médulle blanche  plus ou moins lâche ou dense, moyennement épaisse ; cordon axial moyen ; réactions variables (dans cette espèce ici P+ jaune vif et K+ jaunâtre)

Pour plus de détails, voir sur Internet le site de l’AFL, le bulletin vol. 43 fasc. 2 (fiches de JMS), l’ouvrage de la bibliothèque Nordic Lichen Flora t.4

Cladonia chlorophaea

Cladonia chlorophaea

¤ Des Cladonias trouvés sur le sol, à la base des arbres ou dans la mousse sur les rochers : sur un thalle primaire fait de petites squamules se dressent les podétions correspondant au thalle secondaire et ressemblant ici à des coupes (= scyphes). On observe la forme du scyphe, sa taille, s’il est ou non prolifère par les bords de la coupe ou au centre ; on regarde la surface de la coupe et l’intérieur  (poussières, granules ou petites écailles ? couleur ?) ; on observe le bord de la coupe pour reconnaître les petites pycnides (reproduction asexuée) et/ou les apothécies (reproduction sexuée) et pour noter leur couleur.

Pour plus de détails, voir le Guide des Lichens de France – Lichens des sols p. 202 à 205

5) Scyphes isolés les uns des autres, de qq cm, à pycnides et apothécies brunes  → groupe de pyxidata

 

¤ autres lichens :

6) accompagnant les usnées, Bryoria fuscescens, en grandes barbes aux rameaux filiformes bruns, à soralies blanches, réagissant à P (orangé)  – FD 1595

7) toujours sur mélèze, Hypogymnia physodes, foliacé gris vert brillant à lobes étroits, un peu gonflés et rebroussés à l’extrémité, montrant un dessous brun plus ou moins plissé et noir vers le centre, sans rhizine ; confirmation par la réaction P+ orangé sur la médulle blanche – FD 1596

8) Parmeliopsis ambigua, foliacé jaune-verdâtre, très plat, bien appliqué sur l’écorce, fortement sorédié-isidié au centre, à cortex K+ jaune (sur papier absorbant)  – FD 1597

9) Cetraria pinastri, reconnaissable aux rebords ourlés couverts de soralies jaunes alors que le thalle est plutôt verdâtre – FD 1598

10) Umbilicaria cylindrica var. cylindrica morpho. cylindrica : thalle ombiliqué, dessous clair avec un crampon central ; apothécies en « rouleau de réglisse » (= disque gyreux) ; nombreuses rhizines noires ramifiées sur les bords du thalle – FD 1599

   
Umbilicaria cylindrica var. cylindrica
Cetraria pinastri             © photo A. Millet Umbilicaria cylindrica        © photo A. Millet

11) un foliacé brun sur mousse sur rocher granitique, Nephroma parile

12) un terricole, Protopannaria pezizoides (voir fiche) – FD 1600

13) et 14) deux Peltigera (à revoir)

 

Corticoles pour débutants : lichens des troncs de tilleuls isolés à Sallanches

15) Parmelina tiliacea FD 1553

16) Phaeophyscia orbicularis FD 1554

séance du 11 janvier 2019

Posted by on Jan 12th, 2019 in Compte-rendu réunions | 0 comments

séance n03 – 18 espèces étudiées

Présents : le matin, AB, FD et AM –  l’après-midi, FD, AM et JMS

 

lichens corticoles récoltés à St-Laurent (720 m) dans un jardin (AB)

 

Xanthoria parietina sur sureau, ©Photo Alain Benard

Xanthoria parietina sur sureau, ©Photo Alain Benard

 

Phaeophyscia orbicularis sur sureau, ©Photo Alain Benard

Phaeophyscia orbicularis sur sureau, ©Photo Alain Benard

01-N° 12- sur branchette de rosier : Xanthoria parietina, forme d’ombre avec un thalle plutôt vert sauf les extrémités des lobes qui sont bien jaunes et réagissent K+ pourpre – Physcia stellaris morpho. thalle maculé, foliacé gris à lobes allongés, à cortex supérieur à macules blanches mais médulle K- (différence avec P. aipolia)

02-N° 02- sur bois mort, un lichen foliacé mourant, Parmelia sulcata

03-N° 10-sur tronc de sureau : Xanthoria parietina bien apothécié – Phaeophyscia orbicularis, nombreux petits thalles gris foncé, avec soralies rondes sur le cortex supérieur

04-N° 11- sur rameau d’églantier : Xanthoria parietina, Phaeophyscia orbicularis, Physcia stellaris morpho. thalle maculé et Physcia tenella, petit foliacé à lobes qui sont ascendants et détachés du support, avec des cils sur les côtés et des soralies labriformes en bout de lobe

 

lichens corticoles sur marronniers à Sallanches (550 m) en ville (FD)

Candelariela concolor                   ©Photo A.Millet Physconia-distorta                Photo  © A.Millet

 

06-Phaeophyscia orbicularis  FD1537

07-Candelaria concolor FD1538

08-Physconia distorta FD1539

09-Physcia stellaris morpho. thalle maculé FD1540

10-Melanohalea exasperatula FD1541

11-Parmelina tiliacea FD1542

12-Xanthoria parietina FD 1543

13-Parmelia sulcata FD 1544

14-Lecidella elaeochroma morpho. euphorea FD 1545

Parmelina tilliacea                         ©Photo A.Millet  

 

3° lichens à revoir et confirmer (éventuelles nouveautés pour la Haute-Savoie)

 

15-Aspicilia caesiocinerea (FD 0264) de Chamonix – la crèmerie du glacier : d’après FD probablement A. zonata (voir la comparaison entre caesiocinerea et zonata dans le Catalogue) ; échantillon récolté par André Bochaton  le 02-08-2006 ; JMS doit en avoir un exemplaire dans son herbier (JMS 2019), il faudrait le vérifier : état de surface du disque des apothécies ;  nombre de spores par asque ; taille des spores ; hauteur de l’hyménium : après vérification, il s’agit bien d‘Aspicilia zonata

 

16-Myriolecis antiqua (FD 1569) de Mont-Saxonnex – Morsulaz-d’en-Haut : détermination et fiche faite par JMS, à relire avant envoi à un expert pour confirmation : après vérification, il s’agit de Myriolecis reuteri

 

4° lichens saxicoles de Chamonix – la crèmerie du glacier

 

17- Rhizocarpon : sur un hypothalle noir bien visible des aréoles jaunes éparpillées et des apothécies noires :

Cortex C-, K-, KC- ; médulle P+ jaune citron, I+ bleu indigo, K-, N-

Spores vertes murales : 16 x 14 ; 22 x 10 ; 22 x 11 ; 24 x 14 ; 26 x 12 ; 28 x 09 ; 30 x 16 ; 32 x 10 ; 31 x 15 ; 32 x 14 ; 32 x 16 ; 36 x 16 ; 38 x 13, ce qui donne en enlevant les deux extrêmes : 22-36 x 9-16 µm – nombre de locules visibles : 8-13

→ une des nombreuses formes de Rhizocarpon geographicum

 

18 – Rhizocarpon : sur un thalle brun clair crustacé des apothécies noires : K- ; spores murales incolores (20 x 7 ; 16 x 7 ; 18 X 8 µm) → Rhizocarpon reductum.

 
Rhizocarpon reductum         ©Photo A.Millet  

Prochaine séance : semaine du 21 au 25 janvier (date à fixer en fonction de la météo et des disponibilités de JMS)

 

séance du 8 janvier 2019

Posted by on Jan 9th, 2019 in Compte-rendu réunions | 0 comments

26 espèces étudiées

Présents : le matin, AB, FD, AM, JMS –  l’après-midi, AB, OC, FD, AM, S et GR, JMS

 

lichens des rochers calcaires du site de Mont-Saxonnex (Morsulaz-d’en-haut) – fin de la récolte du 27 juillet 2018

 

Les lichens triés et prédéterminés par FD sont repris, vérifiés (et corrigés si besoin est !)

 

1-FD1563 Romjularia lurida

2-FD1565 Dermatocarpon miniatum

Romjularia lurida © Photo A Millet Dermatocarpon miniatum ©Photo A Millet

3-FD1566 Diploschistes muscorum

Cortex K+ jaunâtre ; médulle C+ rouge

4-FD1567 Protoblastenia incrustans

Diploschistes muscorum © Photo A Millet
Protoblastenia incrustans © Photo A Millet

5-FD1568 Gyalecta jenensis

6-FD1569 ??

Thalle crustacé-squamuleux, bien délimité et même lobé au pourtour, jaunâtre, à apothécies jaunâtres

Spores par 8, simples, incolores, (11 x 7 ; 10 x 6 µm)

Gyalecta jenensis © Photo A Millet
FD1569 ?? à déterminer à Fontainebleau © Photo A Millet

7-FD1570 Caloplaca cirrochroa

8-FD 1571 Solorina saccata

Spores brun-rouge par 4, à une cloison

9-FD 1572 ??

Thalle foliacé gris-vert, verdissant beaucoup à l’eau ; ni apothécies, ni isidies, ni soralies ; dessous clair, à rhizines, et par endroits un feutrage roux qui pourrait faire penser à des veines de Peltigera → à emporter à la session AFL

 

lichens des rochers calcaires du site de Mont-Saxonnex (Morsulaz-d’en-haut) – début de la récolte du 28 aout 2018

 

10-Acarospora macrospora subsp. macroscopra

11-Acarospora macrospora subsp. murorum FD1577

12-Caloplaca cirrochroa cf FD1570

13-Caloplaca crenulatella cf FD1555

14-Diploschistes muscorum cf FD1566

15-Farnoldia hypocrita var. hypocrita cf FD1564

 

Acarospora macrospora subsp. macroscopra © Photo A Millet
Caloplaca cirrochroa © Photo A Millet

 

16-?? Petit thalle crustacé, de couleur bistre ; apothécies lécidéines noires ; spores par 8 incolores, simples, ellipsoïdales (19 x8 ; 17 x 6 ; 17 x 8 ; 20 x 9 µm) pourrait être Lecidella stigmatea chémomorpho. Stigmatea (spores un peu trop grandes ?)

→ à emporter à la session AFL

 
 Petit thalle couleur bistre à déterminer à Fontainebleau ©Photo A Millet   Petit thalle couleur bistre à déterminer à Fontainebleau détail ©Photo A Millet

 

17-?? Thalle crustacé rose (Trentepohlia); apothécies très en relief, à rebord thallin blanc crayeux en puits, disque orangé au fond. Spores fusiformes incolores à 6-7 cloisons, par 8 (24 x 6 ; 23 x 5 µm).

Ressemble à un Ramonia mais dans ce genre les espèces saxicoles sont plutôt méditerranéennes

→ JMS emporte l’échantillon pour étude

 

 

Thalle crustacé rose à déterminer à Fontainebleau ©Photo A Millet Thalle crustacé rose (détail) à déterminer à Fontainebleau ©Photo A Millet

 

lichens corticoles d’arbres isolés : tronc de bouleau à Combloux le Thural (1100 m)

 

Les « débutants » travaillent en autonomie avec des sachets numérotés contenant les lichens à déterminer, une loupe binoculaire, les réactifs nécessaires et le livre Guide des Lichens de France – Lichens des arbres – Chantal Van Halluwyn et autres – Belin 2009

18-1.2 a Parmelina tiliacea

Parmeliacée à thalle foliacé gris clair, lisse et bords festonnés ; pas d’apothécies (elles sont rares) mais des isidies caractéristiques (reproduction asexuée) cylindriques ou en massue, grises à sommet noir, de plus en plus denses vers le centre ; médulle blanche (gratter le cortex supérieur pour la voir) C+ rouge fugace caractéristique des Parmelina ; dessous noir – p. 58

19-1.2 b Melanohalea exasperatula

Autre Parméliacée à thalle foliacé brun verdâtre ; des isidies caractéristiques comme des petits lobules dressés, gonflés, de même couleur que le thalle ; dessous clair – p. 64

20-1.2 c Candelaria concolor

Minuscule foliacé jaune vif, très découpé ; bords des lobes digités avec nombreux granules (blastidies) jaunes (voir photos sur le site de l’AFL meilleures que celle du livre) – p. 78

21-1.2 d Bryoria capillaris

Thalle fruticuleux dont les rameaux ressemblent à des cheveux comme chez Bryoria fuscescens (différences dans les réactions colorées et absence ici de soralies – p. 116)

22-1.2 e Hypogymnia tubulosa

23-1.2 f Hypogymnia physodes

Deux espèces très voisines (réactions colorées identiques sur le cortex) et communes, à comparer ; foliacés gris, plus ou moins en rosette, à lobes différents et soralies placées différemment – p. 72

24-1.2 h Evernia prunastri

25-1.2 i  Pseudevernia furfuracea

Deux espèces très communes à thalle fruticuleux, à comparer (p. 140 et 142)

26-1.2 k Parmelia sulcata 

Bien voir le réseau de pseudocyphelles blanches sur le thalle foliacé, dans les parties jeunes (sur les bords) et leur évolution en soralies sur les parties plus vieilles du thalle – p. 98

 

échanges sur l’amélioration de la partie LICHENS du site de la SHNPR

 

Les fiches espèces sont lancées : FD enverra un exemplaire sous Word à AM comme exemple à suivre pour créer de nouvelles fiches :

– nécessité d’une information préalable réciproque pour se répartir le travail et échanger des photos ;

– nécessité d’une relecture (FD, AM et JMS) avant publication.

 

Les galeries photos sont à faire et AB réexplique comment faire (pour la nième fois et pourtant avec beaucoup de patience et de gentillesse !) :

– FB promet de se lancer et, en cas de réussite, de montrer à AB pour que le travail soit réparti.

 

La page lichens de Haute-Savoie a été modifiée (AB et AM sont priés de regarder et de faire-proposer des améliorations) : les 4 rubriques sont maintenant clairement délimitées (sites naturels ; arbres isolés ; supports artificiels et liste générale). La liste générale sous word sera mise en ligne par AB dans un tableau comme ceci :

 

Nom d’espèce (sur deux lignes) fiche Liste des sites (sur deux lignes)
photo

 

Les sites seront indiqués sous forme abrégée : S01 (= site naturel n°1) ; A001 (= arbre isolé n° 1) ; sP01 (= support artificiel plastique n°1) … La liste des abréviations sera indiquée dans l’espace adhérents lichénologie. Pour les lecteurs du site, la signification en clair s’affichera dans une infobulle (commune, lieudit, support)

Site, photo et fiche sont des liens avec :

-pour les sites : la page correspondante dans sites naturels, arbres isolés ou supports artificiels ;

-pour les photos, la page où se trouve la galerie photos ;

-pour la fiche, le pdf dans la bibliothèque

 

Les pages des sites naturels sont en place, mais les listes de lichens peuvent varier, les déterminations pouvant s’étaler dans le temps et il faut faire les fiches et les galeries photos correspondantes ; les cartes manquantes seront mises par AM.

 

Pour les arbres isolés, la page d’accueil pourrait donner les communes par ordre alphabétique et pour chaque commune indiquer les essences étudiées, avec un lien pour trouver la liste, chaque page de liste se présentant comme celle de chaque site naturel.

 

Pour les supports artificiels, la page d’accueil pourrait donner la liste des supports par ordre alphabétique (béton, bois ouvragé, caoutchouc…), et pour chaque support une page serait ouverte avec une liste d’espèces (le lieu pour chacune, un lien photo et un lien fiche).

 

Objectif : finir la mise en place de toutes ces rubriques pour fin janvier et remplissage avec du contenu pour le 22 février (présentation du site à l’occasion de la session de l’AFL à Fontainebleau).

 

Prochaine séance : vendredi 11 (JMS disponible seulement l’am ;  pas de précipitations de prévu)

 

*****

séance du 4 janvier 2019

Posted by on Jan 5th, 2019 in Compte-rendu réunions | 0 comments

Présents : FD et JMS –  séance 01 de 2019 : 8 espèces déterminées

 

1° retour de spécimens :

– Pour photo : Anaptychia ciliaris avec pycnides, sans apothécies – Combloux (FD1524)

– Pour vérification : Acarospora macrospora subsp. murorum – Onnion (FD1576)

– Pour vérification : Caloplaca cerinella – St-Laurent (FD1525)

 

lichens des rochers calcaires de Mont-Saxonnex (Morsulaz-d’en-haut) :

 

-FD1555 Caloplaca crenulatella

Thalle crustacé jaune assez variable. Apothécies posées jaune orangé, isolées ou serrées-déformées ; diamètre 0,3 à 1,8 mm. Thalle et apothécies K+ pourpre. Spores polariloculaires (mesurées : 16×5 ép 2,5 ; 16×6 ép 1,5 ; 13×7 ép 3,5 ; 7×12 ép 3 ; 8×12 ép 3 ; Cl et Rx : 12-23×5-7 ép 2-3,5 donc une forme ellipsoïdale et un épaississement au maximum du ¼ de la longueur)

-FD1557 Hymenelia coerulea

À comparer à Verrucaria caerulea lui aussi  à thalle crustacé gris bleuté

Critères de distinction sur le terrain : Verrucaria a souvent (pas toujours) une ligne hypothalline noire et un thalle toujours fendillé-aréolé, ce qui n’est pas le cas chez Hymenelia.

Critères au labo : à fort grossissement et sur des échantillons en bon état, on verra que chez Hymenelia ce sont des apothécies enfoncées et chez Verrucaria des périthèces à moitié émergés ; d’autre part on peut gratter les parties les plus bleues du cortex et les observer au microscope, dans l’eau, puis dans N : chez Hymenelia, la couleur change et rougit dans N.

-FD1558 Aspicilia calcarea

-FD1559 Physcia caesia var. caesia

Ici échantillon à thalle gris très blanc, alors que d’autres sont plutôt gris  foncé ; thalle foliacé à lobes allongés, étroits, non relevés, gris blanc maculé, à soralies globuleuses laminales,  K+ jaune, P+ jaune citron ; dessous beige à brun à rhizines simples, nombreuses, brunes à noires ; médulle K+ jaune.

-FD1560 Protoblastenia calva

Pas toujours très facile à distinguer de Protoblastenia rupestris (voir les fiches).

-FD1561 Verrucaria nigrescens var. nigrescens f. nigrescens

-FD1562 Caloplaca conversa

Thalle crustacé mal délimité à aréoles gris brun violacé ; apothécies à disque noir et rebord thallin blanc, diamètre 0,3-0,4 mm ; CT d’apothécie : épithécium brun clair qui rougit à K ; hypothécium incolore ; rebord propre bien visible (apothécies zéorines) ; paraphyses ramifiées au sommet ; spores incolores par 8, polariloculaires 14-15 x 7 (7,5) µm et épaississement  3-3,5 (4).

Espèce rare, nouvelle pour le 74.

Caloplaca conversa – apothécies en photographie rapprochée

©F. Drouard

 

Caloplaca conversa – spores colorées en bleu au microscope

©F. Drouard

-FD1564 Farnoldia hypocrita var. hypocrita

Variété non inscrite au catalogue pour le 74 mais pourtant déjà trouvée par JMS en 2013 à Thorens-Glières et donc retrouvée en 2018 à Mont-Saxonnex – AR

Anciennement Lecidea hypocrita (dans Cl et Rx)

Thalle crustacé blanc à apothécies noires, au début à disque plan et rebord noir épais jusqu’à très convexe sans rebord ; diamètre 0,6-3,5 mm. En CT (très dure à couper = paraphyses très cohérentes) : épithécium bleu-vert, hyménium incolore (70-90 µm), hypothécium brun roux, excipulum brun sombre et plus clair à la périphérie ; excipulum et hypothécium réagissant à K (pourpre comme chez Farnoldia jurana subsp.muverani) ; spores simples incolores par 8, ellipsoïdales un peu pointue (mesurées : 15×6 ; 16×8 ; 16×7 ; Cl et Rx : 12-21×5-9 µm).

Autre variété ligans : disque pruineux au début, rebord mince souvent ondulé, diamètre 0,2-1,4 mm – TR

séance du 18 décembre 2018

Posted by on Déc 19th, 2018 in Compte-rendu réunions | 0 comments

Présents : FD, FL, JMS

15 lichens examinés

 

1) retour sur Buellia griseovirens : quelques apothécies noires  mais les spores trouvées font plutôt penser à un Arthonia parasite ; aucune spore de Buellia n’est visible ; sur le catalogue de Claude Roux, deux parasites sont mentionnés pour Buellia griseovirens : Muelleria triseptata et Lichenostigma chlaroterae, seul le premier pourrait éventuellement convenir mais il faut aussi rechercher chezArthonia étude à poursuivre

 

2) examen d’un lichen de Madère apporté par FL : Caloplaca étude à poursuivre (JMS)

 

3) examen des lichens récoltés à Mont-Saxonnex les Bourgets (74) – 1550 m (lapiaz calcaire dans un herbage) :

Cetraria islandica (FD 1519)

Placynthium nigrum (FD 1527) avec apothécies → FD fera des coupes pour vérification

Rinodina immersa (FD 1528) : thalle blanc peu visible ; apothécies enfoncées dans le thalle (cupule visible quand l’apothécie est partie), à disque brun à noir, à rebord propre collé contre un pseudo-rebord thallin beige clair, à diamètre inférieur à 1 mm ; spores de type bischoffii (19 x 15 ; 20 x 14 µm)

Rinodina immersa – spores au microscope – ©F. Drouard

Caloplaca cerinella – asque et spores au microscope – ©F. Drouard

Cladonia pocillum (FD 1529) : podétion régulièrement évasé, coupe remplie de granules, K + brunâtre, P + orangé

Polyblastenia incrustans (FD 1531) : petites apothécies orangées, enfoncées dans le thalle endolithique

Romjularia lurida (FD 1534) : thalle squamuleux brun, à apothécies noires

Toninia diffracta ? (FD 1535) : squamules blanches, arrondies, gonflées ; à surface verruqueuse → si possible à rechercher sur le terrain au printemps 2019 pour trouver des apothécies

Caloplaca crenulatella (FD 1530) : thalle jaune assez bien délimité ; petites apothécies K+ pourpre à disque orangé et rebord jaune comme le thalle ; spores incolores, polariloculaires, 15 x 5 et épaississement 3 µm

Caloplaca albopruinosa (FD 1532) : thalle endolithique ; apothécies noires à pruine abondante ; coupe au microscope dans K : épithécium violet ; spores incolores polariloculaires

Dermatocarpon miniatum var. miniatum morpho imbricatum (FD 1533)

Verrucaria ? (FD 1536) : thalle crustacé, craquelé-aréolé, gris, à périthèces noirs à demi-enfoncés, à excipulum noir fermé et involucrellum dimidié ; spores simples, incolores, par 8 , ellipsoïdales (33 x 13, 31 x 14, 26 X 12, 32 x 14 µm)

 

4) restes de St-Laurent, route de la forêt, sur branchette d’aulne :

Physcia adscendens (FD 1526)

Caloplaca ?  (FD 1525) : minuscules apothécies jaunes ; asques à 16 spores  → JMS envoie les données à Claude Roux ; réponse : il s’agit de Caloplaca cerinella

 

 

séance du 14 décembre 2018

Posted by on Déc 15th, 2018 in Compte-rendu réunions | 0 comments

Présents : JMS et FD

Examen de lichens récoltés

1- Révision d’un Peltigera récolté sur la mousse dans la falaise nord du site d’Onnion : Peltigera canina, et non membranacea, à cause des veines blanches du bord du thalle très aplaties et des rhizines touffues

2- Détermination d’un lichen crustacé blanc à gris, à soralies blanches à vertes et apothécies lécidéines noires (spores brun clair ellipsoïdales en file dans l’asque, sans cloison ou à une ou deux cloisons, 20-15 x 6-8 µm), paraphyses simples ; parfois ligne hypothalline noire : Buellia griseovirens – Saint-Laurent sur écorce du tronc d’un vieil épicéa ; JMS fera la fiche

3- Détermination d’un lichen crustacé sur hêtre du bord de la route à Onnion : thalle blanc mince craquelé, K-, C-, KC-, P- ou un peu jaunâtre (rebord thallin P+ jaune orangé) ; parfois hypothécium ; apothécies nombreuses à disque plan beige chamois et rebord blanc, souvent serrées et déformées ; épithécium brun, hypothécium incolore, des petits cristaux visibles en lumière polarisée sous l’hypothécium (?), pas de spores visibles ! donc détermination arrêtée… (JMS emporte l’échantillon à étudier éventuellement)

4- Reprise d’un caillou calcaire de Saint-Laurent :

-apothécies orangé-jaune, très petites, réaction K+ pourpre, sans rebord visible ; au microscope, spores simples (12,5 x 5 ; 12 x 5,5 ; 11,5 x 5,5 ; 10 x 5 ; 12 x 5 µm) : Protoblastenia incrustans

– crustacé blanc à périthèces noirs à demi-enfoncés ; spores simples, incolores, ellipsoïdales (32 x 21 ; 25 x 15 ; 31 x 19 µm) : Verrucaria foveolata (à confirmer)

5- reprise d’un échantillon déterminé pour confirmation : OK Lecanora subcarpinea ; JMS fera la fiche et préviendra Claude Roux (nouveau pour la Haute-Savoie)

6- reprise d’un échantillon ancien : Lecanora jamesi, absent de Haute-Savoie. FD doit retrouver le lieu et aller chercher de nouveaux échantillons pour une confirmation

7- examen d’un échantillon d’Anaptychia ciliaris qui présente des verrues nombreuses sur la face supérieure du thalle, verrues qui s’avèrent être des pycnides pleines de conidies bacilliformes, transparentes de 5 x 1,5 µm

 

Anaptychia ciliaris  lobes couverts de pycnides (verrues noires) – photo FD

Anaptychia ciliaris  au microscope, conidies contenues dans une pycnide – photo FD

séance du 7 décembre 2018

Posted by on Déc 9th, 2018 in Compte-rendu réunions | 0 comments

 

matinée  (FD, AM et JMS) – lichens saxicoles de St-Laurent (74)

 

Protoblastenia rupestris : déjà déterminé (FD 1494)

Myriolecis dispersa f. pruinosa (FD 1513) : à reprendre pour confirmation

(FD 1515) lichen crustacé à thalle blanc et périthèces noirs à moitié immergés ; spores murales à périspore (35×20, 38×16, 37×19) à 16 à 20 locules : à terminer pour arriver à l’espèce

Verrucaria nigrescens  (FD 1514)

 

Protoblastenia rupestris 

photos ©F. Drouard

à vérifier : Myriolecis dispersa f pruinosa ?

 

après-midi  (+ Olivier, Gérard et Sabine)

1) lichens corticoles 

– sur marronnier à Sallanches (A, F et JM) : Lepra albescens morpho corallina

– sur saule marsault et bouleau à Combloux (F, O et S) :

Melanohalea exasperata : thalle foliacé brun à lobes larges, à rebord d’apothécie et thalle couvert de verrues

Melanohalea  exasperatula : thalle foliacé brun vert à lobes larges, sans apothécie, à isidies (= petits morceaux de lichen cortiqués) très nombreuses au centre du thalle, souvent élargies et plates au sommet (= spatulées)

Melanohaela exasperata                            © A.Millet

Melanohaela exasperatula                       © A.Millet

Hypogymnia physodes : thalle foliacé gris en rosette, à lobes étroits, à bouts un peu relevés et bruns dessous, parfois déchirés, laissant voir des granules (= sorédies). Médulle blanche (on gratte pour enlever le cortex supérieur et la couche d’algues) P + rouge

Hypogymnia tubulosa : thalle foliacé gris à lobes étroits, gonflés et creux, couverts au bout de sorédies sortant d’une déchirure du cortex. Médulle blanche P –

Physcia stellaris morpho thalle maculé : thalle foliacé gris à lobes étroit, un peu bombés, à surface montrant des petites taches blanches en étoiles (= macules). Cortex K + jaune et médulle K .

Evernia prunastri : thalle fruticuleux (attaché par un point et divisé en lanières). Lanières assez larges, gris vert dessus, blanches dessous, K + jaune des deux côtés.

 

2) lichens foliacés de St-Laurent-74 (JM) :

Peltigera membranacea

Peltigera canina

 

3) lichens récoltés à Onnion-74 (A et JM)

Cladonia chlorophaea      © A. Millet

Cladonia coniocraea                        © A. Millet

4) lichens du mur bordant le parc de la MDS à La Roche-74 observés in situ (F, O) :

photo  ©F. Drouard

photo © A. Millet

  • Grandes trainées jaunes, formées par un thalle crustacé sorédié ; à la loupe, petites apothécies jaunes : Caloplaca citrina s. l.        
  • Lichen noir gélatineux installé dans des creux : à déterminer
  • Lichen foliacé blanc en rosette : à déterminer